4 mai -  FDSEA 51,schéma de cohérence écologique

A l’invitation de la Fédération Départementale des Syndicats d'Exploitants Agricoles de la Marne (FDSEA 51), en présence de nombreux professionnels et d’élus du département, j’ai participé à cette réunion concernant le schéma de cohérence écologique pour la Champagne-Ardenne actuellement dans sa phase d’enquête publique jusqu’au 20 mai.

 Une fois signé, fin 2015, les collectivités devront le mettre en œuvre d’ici 2018. Aussi, cette réunion avait pour objectif d’informer les élus locaux des enjeux inhérents à ce nouveau schéma et de permettre à chaque commune de rendre un avis motivé dans le cadre de l’enquête publique.
Ce schéma instaure des trames « verte » et « bleue » identifiant des réservoirs de biodiversité ainsi que des corridors écologiques terrestres et aquatiques dans le but de protéger la biodiversité et préserver les habitats naturels.
Aujourd’hui, les premières préconisations inquiètent fortement la filière agricole car de nombreuses terres sont concernées sans que le dispositif soit pour l’instant très précis quant aux zones impactées et les conséquences qui en découlent.
Certaines de nos communes encore aujourd’hui oubliées par l’ADSL, n’ayant que tardivement voire pas du tout eu accès à l’information envoyée par le ministère de l’écologie et du développement durable, nous allons étudier avec mes collègues parlementaires marnais la possibilité d’obtenir un report de délai.

5 mai -Pourquoi ai-je voté le Projet de loi sur le renseignement ?

Après les tragiques événements qui ont endeuillé notre pays au début du mois de janvier, nous sommes tous conscients que l’intérêt national de la France a été et reste menacé. Face à cette situation, notre République doit rester forte et unie dans ses valeurs. L’urgence sécuritaire que nous connaissons, nous impose une réponse adaptée, le Gouvernement a souhaité réagir en inscrivant dans l’urgence un nouveau Projet de Loi relatif au Renseignement.

Ce texte vient d’être adopté en première lecture. Son examen va donc se poursuivre au Sénat, puis en Commission mixte paritaire. Le Conseil Constitutionnel sera saisi par le Président de la République, comme il l’a indiqué en avril dernier. Des avancées significatives ont été adoptées lors des débats à l’Assemblée nationale : le contrôle parlementaire a été renforcé, mais il reste encore à mieux définir son champ d’application.

Il sera fondamental d’obtenir plus de garanties et d’informations sur les modalités de conservations des données recueillies. Au moment de voter ce texte, je ne me suis jamais sentie aussi proche de la pensée de Montesquieu qui rappelle au législateur le devoir de légiférer d’une main tremblante ou encore l’exigence qu’il définit pour notre République de préserver la séparation stricte des pouvoirs. Toutefois, il était de ma responsabilité, sur un sujet aussi essentiel, de permettre au débat de continuer. C’est pourquoi avec 438 de mes collègues, j’ai voté en faveur de ce texte, c’est un vote d’encouragement à travailler encore pour améliorer les dispositifs qui y sont prévus. En parallèle, il est indispensable que le gouvernement s’engage auprès de ses homologues européens pour que les blocages sur le PNR (Passenger Name Report) soient levés afin de permettre une meilleure gestion des fichiers au niveau international.

 6 et 7 mai – 70 ans de la capitulation allemande

Le 7 mai 1945 à 2 h 41 du matin, la capitulation allemande était signée à Reims au Collège Moderne et Technique, actuel Lycée ROOSEVELT. La célébration du 70ème anniversaire de cette reddition a permis aux rémois de revivre cette date importante de l'histoire de notre cité.
Après avoir assisté, le 6 mai 18h00, avec Arnaud ROBINET Député-Maire de Reims à Paris sous l’Arc de Triomphe au ravivement de la flamme du Soldat Inconnu en présence de rémois, anciens déportées, anciens combattants, porte-drapeaux, lycéens et étudiants, nous avons pris la route de Provins d’où partait un relais joggers et cyclistes de 111 kilomètres à destination de Reims.
Après l'arrivée de la flamme en tout début de matinée place du Boulingrin, la commémoration a débuté au monument aux morts en présence de nombreux officiels dont Jane D. HARTLEY, ambassadrice des Etats-Unis en France, de délégations anglaise et russe, par le passage d’une patrouille aérienne de mirages de la base de Nancy suivie de la lecture de l'acte de reddition.
Jean-Marc TODESCHINI, Secrétaire d’Etat aux anciens combattants et Arnaud ROBINET ont planté un arbre en souvenir de cet anniversaire.
En fin d’après-midi, on pouvait découvrir au Parc de Champagne, un camp militaire américain reconstitué par les bénévoles de l'association SHAEF (Souvenir et Histoire de l'American Expeditionary Force). Puis un défilé de plus de 200 figurants dans des chars ou des véhicules d’époque a rejoint à la Place de la République.
Une fois la nuit tombée, une projection en 3 dimensions sur le monument aux Morts a retracé ces heures au cours desquelles où l’Europe a retrouvé la Liberté après quatre ans d’occupation.

 

 

7 mai - Inauguration du campus de Science Po Reims

L’Ambassadrice des Etats-Unis en France, Jane D. HARTLEY, a aussi participé ce 7 mai à l’inauguration du campus euro-américain de Science Po installé dans l’ancien collège des jésuites place Museux depuis 2010.

Cette inauguration officielle coïncide avec la fin de l’avant- dernière phase de travaux comprenant la livraison d’un amphithéâtre et d’une bibliothèque.

 Une fois les travaux achevés en 2018, Science Po Reims accueillera 1600 élèves. Comme Science Po Paris, le campus de Reims offre un enseignement pluridisciplinaire en sciences sociales, économie, droit, histoire, sociologie, sciences politiques avec pour mission spécifique de donner aux étudiants rémois une compréhension comparée des systèmes européens et nord-américains. A la fin de leur cursus rémois, les étudiants reçoivent un double diplôme issu du partenariat avec l’University of Columbia (Vancouver, Canada).

 Accueillir une telle formation renforce la notoriété internationale de notre territoire.

 

 

7 mai- La Communauté de Communes Champagne-Vesle met à l’honneur Hubert DEGRÉMONT

 

Philippe SALMON, Député suppléant, Conseiller Départemental m’a représentée à GUEUX à la remise de l’Ordre du Mérite d’Hubert DEGRÉMONT par le Colonel Éric FAURE, Président de la Fédération Nationale des Sapeurs-Pompiers.

Cette distinction récompense presque 40 ans d’engagement au service des autres.

L’engagement d’Hubert DEGRÉMONT, chef de corps du centre de première intervention de la Communauté de Communes Champagne-Vesle, président de l’UDSP51 (Union Départementale des sapeurs-pompiers de la Marne), administrateur de la Fédération Nationale des Sapeurs-Pompiers président du groupe de travail sur le TÉLÉTHON, membre du Conseil National des Sapeurs-Pompiers  ne se limite pas aux Sapeurs-Pompiers, il est aussi élu de MUIZON est très impliqué dans le bénévolat et la vie associative.

Cet ordre du Mérite, bien mérité, a été l’occasion pour de nombreux élus et amis présents de lui témoigner reconnaissance et sympathie.        

 Réforme du collège : le Gouvernement reste sourd aux inquiétudes !

140 000 décrocheurs par an ; un niveau des élèves en baisse en Français ou en Maths ; la France en bas de tous les classements d’évaluation des politiques d’enseignement : force est de constater que  notre Ecole est en échec.

A l’heure où nous devons rassembler notre société, et notamment nos jeunes autour des valeurs fortes de notre République, il est fondamental de faire de l’Ecole et de la transmission des savoirs la pierre angulaire de notre projet.

Malheureusement face à cette responsabilité, le Gouvernement fait le choix de niveler notre système vers le bas pour répondre à un objectif d’égalitarisme.

Mais, alors que le chômage des jeunes atteint des sommets, notre devoir est de les amener vers l’excellence, et donc vers l’emploi.

Dans sa réforme qui cristallise toutes les critiques, la Ministre de l’Education nationale fait le choix de sacrifier ce qui marche plutôt que le démocratiser.

C’est le cas des classes bilangues, qui disparaissent au profit d’un système imposé qui fait diminuer le nombre d’heures de langue vivante 2, passant de 432 heures sur l’ensemble des années collèges à 270 heures. Cette réforme rend également très difficile l’opportunité de passer un baccalauréat dans une langue étrangère. Seuls les élèves ayant un parent dont la langue maternelle n’est pas le Français ou ceux qui ont la chance de pouvoir prendre des cours supplémentaires à l’extérieur de l’établissement conserveront cette possibilité. On a connu mieux en matière d’égalité !!

C’est également le cas de l’apprentissage des langues anciennes ! La réforme prévoit une baisse de 37 % des heures d’enseignement, alors que les classes de latin et de grec ne sont pas seulement l’occasion de faire des déclinaisons mais celle de s’interroger sur les origines de notre civilisation !

Nous partageons le constat, il est impératif de faire évoluer notre système éducatif, mais il est hors de question de le sacrifier sur l’autel de la démagogie !

Je suis pour une école républicaine forte qui conduise les Français vers l’excellence des savoirs, des connaissances et du vivre ensemble.

Une Ecole dans laquelle la priorité est mise sur l’apprentissage des fondamentaux plutôt que sur la recherche de dénomination anecdotique de certaines activités à l’image des cours de natation devenus  « traverser l’eau en équilibre horizontal par immersion prolongée de la tête, dans un milieu aquatique profond standardisé ». 

Il est grand temps de remettre un peu de bon sens et de pragmatisme dans cette réforme, c’est de l’avenir de nos enfants dont il s’agit !  

 

 9 mai- Reims, première fête de l’Europe

Le 9 mai 1950, Robert Schuman, ministre des Affaires étrangères français, appelle à la mise en commun sous une autorité internationale des productions française et allemande de charbon et d’acier, cette Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA), destinée à assurer la paix en Europe, symbolise la naissance de la construction européenne. Ainsi, en  juin 1985,  le Conseil européen réuni à Milan décide d’instaurer une fête de l’Europe le 9  mai.

En 2015, pour la première fois, Reims a célébré cet anniversaire en présence de délégations de nos villes jumelles dont Florence et Salzburg pour lesquelles  cette manifestation a été l’occasion de fêter respectivement 60 ans et 50 ans d’amitié.

Ce 9 mai rémois a marqué aussi la tenue des premiers entretiens internationaux de Reims en présence de personnalités du monde entier qui ont échangé sur la liberté d’expression ou l’amitié franco-américaine. L’intervention d’Elie BARNAVI, ancien Ambassadeur d’Israël en France a été particulièrement applaudie. Celui-ci a en effet rappelé que dans l’organisation de la société publique, aucune religion n’est compatible avec la démocratie et que l’Europe n’est devenue démocratique qu’après la séparation de l’Eglise et de l’Etat.   

Place d’ Erlon nos villes jumelles avaient installé leurs quartiers ce qui a permis de nombreux échanges.

Comme l’a rappelé Arnaud ROBINET, Député-Maire, ces rencontres s’inscrivent dans notre démarche de faire de Reims un carrefour international et européen.       

---

 11 mai - La Cathédrale se pare de nouveaux vitraux

Lundi 11 mai, avec Arnaud ROBINET, Maire de Reims, nous avons accueilli le ministre des Affaires étrangères Laurent FABIUS et son homologue allemand Frank-Walter STEINMEIER pour l’inauguration de trois nouveaux vitraux de l'artiste allemand Imi Knoebel.

Contemporains et abstraits, ces œuvres complètent six autres panneaux de l'artiste installé pour les 800 ans de la cathédrale en 2012, ainsi que les trois fresques de Chagall.

C'est l'Allemagne qui en a fait don à la France, afin de célébrer l'amitié entre les deux pays. Comme l’a expliqué le ministre allemand : 

«Les Allemands ont infligé de profondes blessures en 1914 et le travail de Knoebel permet de refermer les dernières cicatrices de cette guerre», se référant aux 400 obus tombés sur la cathédrale qui la laissèrent quasiment à l'état de ruines.

Les trois nouveaux vitraux, qui ornent la chapelle absidiale Jeanne d'Arc, sont composés de 5402 pièces de verre. Ils ne représentent pas de scènes bibliques ni religieuses, mais jouent sur l'idée de lumière.

J’invite tous les rémois et habitants de la circonscription à venir les admirer.

 

Jeudi 14 mai- 42ème édition de la marche des élus

Accompagnée de mon suppléant Philippe SALMON, Conseiller Départemental,  de nombreux élus et habitants  des trois  communautés de communes ouest marnaises, Ardre et Châtillonais, Champagne Vesle, Fismes Montagne de Reims,  nous étions presque 1500 sur la ligne de départ de cette marche organisée cette année par la ville de Fismes, le jeudi de l’ascension comme le veut la tradition.

Malgré des prévisions météo défavorables,  46 des 85 communes concernées étaient inscrites sur trois circuits de 6, 9 ou 12 kilomètres.

Rappelons la règle :

• Un point pour un homme de moins de 55 ans

• Deux points pour une femme

• Trois points pour les plus de 55 ans

• Deux points de bonus pour un conseiller municipal

• Dix pour un  maire

Comme souvent, la ville organisatrice, Fismes cette année, s’est placée en haut du podium suivie par Muizon et Thillois. Un grand merci  au Maire de Fismes Jean-Pierre PINON, à son équipe municipale et aux bénévoles sans qui cette manifestation n’aurait pas été possible.

Prenons date dès aujourd’hui pour la 43ème édition à Sacy, le 6 mai 2016

17 mai – Journée mondiale de lutte contre l’homophobie

 Dans le cadre de cette journée, j’ai participé avec Arnaud ROBINET, Député-Maire de Reims à la cérémonie à la mémoire de François CHENU assassiné en 2002 au Parc Léo LAGRANGE en raison de son homosexualité.

Aujourd’hui encore dans notre pays, nous déplorons l’agression physique d’un homme ou d’une femme un jour sur deux en raison de son orientation sexuelle.

 

 

19 mai - Vote du Texte relatif à la Transition énergétique et à la croissance verte : les principales mesures et ma position sur ce texte.

Mardi 19 mai dernier, je suis intervenue au cours de l’examen du Projet de Loi relatif à la Transition énergétique, pour lequel j’ai déposé plusieurs amendements cosignés par une quarantaine de mes collègues.

Annoncé comme ambitieux, ce texte propose de préparer la France à un changement de mix énergétique, c’est-à-dire la part de chaque énergie dans la consommation totale du pays. Plus précisément, et selon les promesses du Président de la République à ses alliés écologistes, il s’agit de baisser la part de l’énergie nucléaire dans le mix énergétique, de 75% à 50%, et de plafonner la production totale d’énergie d’origine nucléaire.

Ce Projet de Loi propose également d’améliorer la production d’énergies renouvelables (éoliennes, géothermie, hydrothermie, méthanisation…), qui devront représenter 23 % de la consommation d’énergie en 2020 puis 32 % en 2030. Parallèlement, la consommation d’énergies fossiles devra diminuer d’au moins 30% dans ce même délai.

D’autres mesures, de bon sens, ont été ajoutées lors du passage de ce texte à l’Assemblée nationale, luttant contre le gaspillage alimentaire ou en faveur des autobus propres.

Mes amendements concernaient différents sujets alliant l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) et les objectifs de transition énergétique. En effet, par ses ressources foncières et ses moyens humains et intellectuels, l’ESR peut représenter un allié de poids aux côtés des pouvoirs publics pour atteindre les objectifs de la politique énergétique. La mesure principale que j’ai souhaité mettre en avant est la possibilité pour les établissements de l’ESR d’investir une part du produit des cessions immobilières de leur parc foncier dans la rénovation énergétique et la modernisation de leurs locaux. Une telle mesure aurait permis d’économiser sur les dépenses énergétiques, d’acter la modernisation de ces bâtiments sans faire perdre de ressources à l’Etat.

Cette mesure ayant été malheureusement écartée pour des raisons techniques, j’ai appelé la Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie à une action forte et coordonnée en faveur des établissements de l’ESR et de leur place dans le processus de transition énergétique. Cependant, un amendement que j’ai porté à tout de même été adopté, permettant d’associer ces établissements à la conclusion des plans climat-air-énergie territoriaux (PCAET) en compagnie des pouvoirs publics.

La France aura l’honneur et la responsabilité d’organiser la prochaine Conférence COP21, sous l’égide des Nations Unies, en faveur de l’environnement et du développement durable. Ce texte aurait pu constituer l’occasion de prendre le leadership sur ces questions, ce qu’il ne fait malheureusement pas, se contentant de mesures cosmétiques.

Regrettant ce manque d’ambition, j’ai voté contre ce Projet de Loi, afin de signifier mon opposition à ce qui n’est qu’une démarche politicienne, loin de l’engagement en faveur du développement durable initialement annoncé. 

21 mai-  Lancement d’une souscription pour la mise hors d’eau de la porte  Mars

Le 21 mai, la Ville de Reims a signé avec la Fondation du Patrimoine le lancement d’une souscription pour  la restauration de la Porte Mars. Au titre de ma réserve parlementaire, je vais  contribuer à  cette restauration, indispensable à la préservation de notre patrimoine,  à hauteur de 10 000 €.  

Seul témoin, avec le cryptoportique de la place du Forum de l’époque où Durocortorum  (Reims) était la capitale de la Gaule Belgique, cet édifice bâti au IIème siècle, n’a  pas connu de grande restauration  depuis plus d’un siècle.

Grâce à trois caractéristiques majeures, sa grande dimension, sa décoration reprenant l’activité locale, avec un calendrier agricole,  son intégration dans un ensemble ceinturant le centre-ville, configuration rare à l’époque romaine, la Porte Mars a été le premier monument rémois classé monument historique en 1840   

Aujourd’hui, la Porte Mars prend l’eau, il devient donc urgent de la protéger des intempéries  par la pose d’une couverture traditionnelle de plomb et de cuivre.  

28  mai - Changement de nom du parti :

Notre famille s'appelle désormais « Les Républicains ».

Ce nouveau nom s'inscrit dans la volonté de mettre notre action en perspective pour l'avenir.

Choisir « les Républicains », c’est mettre au centre de notre projet la République et ce qu’elle représente :

Le mérite et l’excellence, notamment dans la défense et la promotion des classes bilangues, des sections européennes, mais plus largement d’une Ecole, d’un Collège, d’un Lycée et d’un réseau d’Enseignement supérieur favorisant pour la jeunesse l’acquisition de compétences et de savoir-faire de qualité.

C’est aussi la promotion de l’identité, de l’Histoire et de la littérature française dans toutes ces occurrences.

Enfin, c’est la liberté d’entreprendre et notamment par le soutien à tous ceux qui créent des emplois, aux forces vives qui font la richesse de nos territoires, de notre économie.

Il est fondamental de réaffirmer les valeurs de notre engagement pour la République, au travers d’un projet solide et capable de répondre aux défis que la France doit relever.

29  mai - Une nouvelle patinoire à Reims…innovante et éco responsable !!

J’ai participé avec enthousiasme à l’inauguration de la patinoire Albert 1er ce vendredi matin, aux côtés d’Arnaud ROBINET, député-maire de Reims, un équipement indispensable pour les clubs de glisse et les amateurs.

Cette patinoire dont la réalisation a été réalisée dans un laps de temps record (seulement trois mois pour la seule construction) est innovante à plus d’un titre ;

• Modulable, esthétique, garantie dix ans, la patinoire Albert 1er a coûté trois fois moins cher qu’un équipement comparable classique.

• Une patinoire éco responsable : les matériaux légers, le choix d’entreprises locales (le cabinet Geoffroy architectes…), les techniques de création et d’entretien de la glace en font un équipement plus sobre et moins énergétivore.

Je remercie les services de Reims Métropole qui ont aménagé la voirie et crée le parking, contribuant à la réussite de ce projet qui illustre l’ambition sportive de notre ville.

J’invite les Rémoises et les Rémois à s’approprier ce lieu magnifique, en famille ou entre amis, le beau programme de samedi et de dimanche leur permettra de profiter pleinement de cet équipement.

Je souhaite pleine réussite aux clubs de patinage, de vitesse et aux Phoenix qui feront je l’espère vibrer la patinoire de leurs futurs exploits !

29 mai- SERZY et PRIN, 50 ans de la coopérative LA VIGNERONNE

A l’invitation du Président Grégoire DESLOGE, du Directeur  Régis FREYERMUTH et du Conseil d’Administration, en présence de nombreux élus des communes viticoles du département, nous étions plusieurs centaines à célébrer le cinquantenaire de cette coopérative.

Cet anniversaire a aussi permis de rendre hommage aux trois anciens présidents, artisans de cette belle réussite, Jean DELOZANNE, président de 1964 à 1975, Jean FOURNAISE, président de 1975 à 1987 et Jean-Louis BENNEZON, président de 1987 à 2010.

Créée par 15 vignerons fondateurs, la coopérative regroupe aujourd’hui  184 adhérents qui exploitent 185 hectares.

Les 2 à 3 millions de kilos de raisin pressurés  à chaque vendange, 75 % meunier, 15 % pinot noir, 10 % chardonnay proviennent majoritairement de la vallée de l’ARDRE mais  aussi du massif de Saint-Thierry, de la montagne de Reims, de la vallée de la Marne et de quelques premiers crus.

LA VIGNERONNE vignifie  dans des cuves en inox ultra modernes mais aussi dans  des fûts fabriqués  dans la commune voisine de  CRUGNY avec des chênes du terroir.

Les 2,5 millions de bouteilles qui vieillissent entre 2 et 6 ans à LA VIGNERONNE sont rendues aux adhérents qui en assurent la commercialisation, chacun sous sa propre marque.

30 mai- Palmes académiques de Philippe CAUSSE

J’ai été ravie d’être conviée à l’entrée dans l’Ordre des Palmes Académiques de Philippe CAUSSE, personnalité bien connue de la vallée de l’ARDRE. Aujourd’hui en retraite après avoir enseigné pendant plus de 35 ans comme instituteur public à SAVIGNY sur ARDRES.
Philippe Causse a été et est toujours l'artisan de " première ligne " pour la création du '' pôle scolaire des bords de l'Ardre " de FAVEROLLES et COEMY, Président du syndicat scolaire, il y assure une présence journalière.
Après avoir été conseiller municipal, pendant plusieurs mandats, depuis 2008 Philippe CAUSSE est maire de SAVIGNY sur ARDRES, mais aussi investi comme vice-président de la communauté de communes CHAMPAGNE VESLE, et membre du comité directeur de l'association des maires de la Marne.

31 mai- 11ème Fête du livre et 6ème fête du signet de  FISMES

A l’invitation de Jean-Pierre PINON, des membres du Conseil Municipal, d’Aline GEERAETS, Présidente de la MJC et des  membres du conseil d’administration, j’ai visité  l’édition 2015 de cet évènement Fismois toujours très fréquenté,  dont le thème était  « FEMME DES LIVRES ET VOUS » avec une exposition consacrée à Simone VEIL, femme d’engagement entre toutes.

Des rencontres  avec les auteurs dans  les écoles de la commune durant la semaine et des ateliers de calligraphie le samedi  ont précédé l’ouverture de ce  salon qui se déroule tous les 2 ans. Selon la tradition, une dictée  a été proposée au public, petit ou grand.

Tous les métiers du livre étaient présents, les illustrateurs  de bandes dessinées ont offert de belles dédicaces à leurs lecteurs, les  amateurs de calligraphie  ont pu exercer leur talent sans oublier les autres artistes du livre, relieurs, typographes et créateurs de papier.

Parmi la centaine d’auteurs et d’éditeurs présents, j’ai eu le plaisir de retrouver, deux anciens journalistes de L’UNION  qui  présentaient leur dernier ouvrage «  L’amour (fou) pour un criminel » d’Isabelle HORLANS qui évoque ces femmes qui quittent tout par amour pour un criminel,  «Maurice BROCCO*, de Fismes à New-York » de Jean-Pierre PRAULT qui relate la carrière sportive de ce Fismois qui a fait rayonner notre territoire dans le monde entier. Des retrouvailles, également avec Jean-Marie LEBLANC, venu  présenter son ouvrage consacré à Eddy MERCKX, directeur sportif du Tour de France de 1988 à 2003, Jean-Marie LEBLANC en a fait un des évènements sportifs les plus suivis dans le monde.

Rendez-vous en 2017, avec une météo plus clémente.

Retrouvez ci-dessous les Questions Ecrites que j’ai posées au mois de mai

• Coût de l’EPR de Flamanville

Question n° 79752

Madame Catherine Vautrin, attire l'attention de Madame le Ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, sur la situation du réacteur EPR de Flamanville, dont l’évolution des coûts est particulièrement alarmante.

Les travaux entourant la construction de ce réacteur ont en effet pris presque cinq années de retard et les coûts ont triplé, estimés aujourd'hui à près de 9 Mds d’euros. Sachant que l’Etat français est actionnaire à plus de 85% d’EDF et d’AREVA, la représentation nationale et les contribuables ont le droit d’en savoir davantage sur l’avenir d’un tel projet, dont les pertes abyssales sont comblées par de l’argent public. Sans compter que l’arrêt de ces travaux aurait un impact énorme sur l’emploi, les chiffres à l’export et la crédibilité de la filière nucléaire française.

De plus, nous avons appris très récemment qu’une étude de l’Autorité de la Sécurité Nucléaire avait détecté une forte anomalie dans la cuve principale, dont le coût du remplacement sonnerait probablement le glas de ce projet.

Sachant l’importance stratégique d’un tel projet pour la filière nucléaire française, la décision qui sera prise sera lourde de conséquence. Aussi elle souhaite connaître les intentions du ministère et du Gouvernement quant à la poursuite de ce projet et à l’amortissement des coûts engagés. 

 

• Situation des Chrétiens d’Orient

Question n° 79526

Madame Catherine Vautrin, attire l'attention de Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères et du Développement international, sur la situation des chrétiens d’orient.

En effet, alors que le monde entier détourne les yeux de leur sort, intimement imbriqué au notre, les chrétiens d’orient mais aussi d’Afrique sub-saharienne sont victimes de l’obscurantisme islamiste. Par l’attaque de ces populations, leur conversion forcée, la destruction du patrimoine architectural et les déplacements massifs, c’est tout un pan de l’histoire et de notre culture qui est attaquée. Nous avons le devoir de porter secours à ces populations, que ce soit par l’accueil de réfugiés, par l’appel aux dons, par l’activité diplomatique et pourquoi pas par une intervention militaire. Nous ne pouvons laisser se produire de nouveau ce que nous avons regretté d‘avoir laissé faire au Rwanda, en ex-Yougoslavie, à savoir la destruction méthodique d’une population.

Aussi elle lui demande les actions fortes que le Gouvernement entend entreprendre pour défendre la situation des chrétiens d’orient, qui constitue une grande source de préoccupation pour tous les Français.

 

• Question sur l’aide juridictionnelle

Question n° 79454

Madame Catherine Vautrin, attire l'attention de Madame la Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, sur certaines situations, dramatiques, lors du remboursement de l’aide juridictionnelle dans certains cas de divorce. En effet, il existe des cas dans lesquels une de parties, moins à l’aise financièrement au moment du jugement, bénéficie de l’aide juridictionnelle, qui lui sera remboursée pour moitié par la partie adverse en cas de victoire.

Or, si la situation financière des deux parties est modifiée au cours de la procédure judiciaire, rien n’est prévu pour adapter ce remboursement aux nouvelles capacités financières des deux parties.

Ainsi, si un mari perd son emploi tandis que son épouse, qui bénéficie de l’aide juridictionnelle, en retrouve un au cours de la procédure, il devra toujours rembourser l’aide dont a bénéficié sa femme alors que ses moyens ne le lui permettent plus.

Aussi elle lui demande si le Gouvernement compte prendre des mesures à ce sujet, autour duquel une véritable question de Justice se pose.