AVUF – Assises des Collectivités territoriales pour l’Enseignement supérieur :

Le 8 avril dernier, à l’initiative de l’Association des Villes Universitaires de France (AVUF), j’ai souhaité réunir l’ensemble des acteurs de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (ESRI) pour les Assises des Collectivités territoriales pour l’Enseignement supérieur.

Cette journée a réuni les représentants des Associations d’élus du bloc local, les représentants des Régions, les représentants des Universités, ... reçus à la Conférence des Présidents d’université, et s’est articulée autour des deux thèmes suivant :

-       « Les collectivités territoriales au service de l’innovation »

-       « Campus et territoires : maîtrise du foncier, maîtrise du projet, maîtrise d’ouvrage ? »

Depuis mon élection en juin 2014 à la présidence de l’AVUF, j’ai acquis la conviction que la présence d’une antenne d’enseignement supérieur (Université, IUT, Grandes Ecoles, ...), d’un laboratoire de recherche est un tremplin pour la collectivité territoriale : c’est un atout pour valoriser son territoire, un facteur facilitant son rayonnement.

A l’heure où la structure territoriale est remise en cause – le dernier volet de la décentralisation est en cours d’examen au Parlement – la concertation entre élus est fondamentale.

Le gouvernement a souhaité redécouper avant de redimensionner : nous avons parlé « cartes » avant de parler « compétences ».

Pourtant, les collectivités dans leur ensemble et leur diversité mesurent l’importance et l’impact de l’investissement pour l’ESRI, pour le développement de l’innovation sur leur territoire. La présence d’un campus dynamique et intégré renforce l’attractivité, développe le lien social, et attire les entreprises. La relance passera par la présence d’un campus qui bat au coeur de la métropole, intégré à un projet collaboratif territorial.

Cet investissement nécessite - et c’est une des conclusions de ces Assises -  une coopération entre les acteurs, plutôt qu’une mise en concurrence.

La logique territoriale doit être concertée et non imposée aux métropoles et intercommunalités, qui sont encore trop souvent considérées comme de simples financeurs et non comme des co-décideurs.

Le gouvernement a décidé de créer douze métropoles dans la loi.  Mais le risque aujourd’hui est de créer douze poches de développement au milieu d’un océan de vide.

Reims fait partie des métropoles qui n’en ont que le nom, mais souhaite être associée au dialogue dans la construction d’une future région qui sera plus grande que la Belgique !

Les débats parlementaires à venir seront l’occasion d’interroger le gouvernement sur les enjeux de gouvernance et sur les moyens qu’il entend allouer aux collectivités territoriales, notamment pour la mise en oeuvre des politiques relatives à l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation.

En tant que présidente de l’AVUF, j’ai souhaité faire de ce débat une priorité en créant une commission « Cartes territoriales et ESRI » et en renforçant la réflexion sur le volet « Vie étudiante ».

 

11 avril – ECUEIL inauguration des dernières restaurations de l’église de la commune

Philippe SALMON, conseiller départemental, député suppléant  m’a représentée à cette invitation de la maire de la commune Annie PERRARD pour célébrer la  restauration du Retable, des Piédestaux et de Statues en présence d’élus, d’habitants de la commune et de   Lucie ALLOUCHERY, Présidente de l'association «  Le Moutier d’Ecueuil ». En un peu plus de  dix ans, cette jeune association a permis la sauvegarde de ce joyau de l’art roman, menacé par les ravages de l’âge. Cette église, isolée de la commune, dominant le vignoble du haut de son promontoire depuis plus de neuf siècles, serait le seul vestige d’un ensemble château fort-monastère.

 

11 avril –Assemblée générale de l’Amicale Fismoise des Secouristes

Mon suppléant, Philippe SALMON, m’a représenté le 11 avril  à l’ASSEMBLEE GENERALE de L’Amicale Fismoise des secouristes qui accueille également la collecte de sang dans la commune.   Bien évidemment, cette réunion a été l’occasion d’échanger concernant, l’article 42 du Projet de Loi relatif à la Santé ouvrant le don du sang, de plasma plus précisément, à la concurrence et donc à la commercialisation, actuellement en débat.

Ce projet de loi a pour origine la saisie de la Cour de justice européenne par la firme suisse Octopharma qui dénonce le monopole de la récolte de plasma et de sa distribution par l’Etablissement Français du Sang. Cette entreprise suisse argumentant que son propre plasma constitue davantage un médicament qu’un produit du sang.

Ainsi comme cela se pratique déjà, en Allemagne, en Chine ou aux Etats-Unis, les donneurs pourront maintenant être rémunérés, ce qui s’oppose à la philosophie du don du sang en France. Cet acte humanitaire gratuit deviendra une activité commerciale ce qui inquiète les associations donneuses de sang, le secteur ayant déjà mis beaucoup de temps à se relever de l’affaire du sang contaminé. Il ne faut  pas créer une nouvelle rupture de confiance alors qu’aujourd’hui les dons bénévoles  suffisent  à couvrir les besoins nationaux.

De plus,  suite à  l’adoption le 22 décembre 2014, dans la loi de financement de la Sécurité Sociale, de la transformation du « plasma à finalité transfusionnelle dans la production duquel intervient un processus industriel » en médicament, et la discussion actuelle sur l’ouverture du capital du Laboratoire français de Fractionnement et des Biotechnologies (LFB) inscrite dans le Projet de Loi sur la Croissance et l’Activité (Loi Macron) à l’article 48, les donneurs de sang et leurs associations craignent une dérive progressive vers une marchandisation des produits sanguins de toutes sortes.

Aussi, soucieuse de restreindre au maximum la portée de cet article 42 du Projet de Lo irelatif à la Santé,j’ai cosigné  des amendements au Projet de Loi Santé déposés par mes collègues députés UMP.

 

 

13 avril  -Palais du Tau, 20 ans des vitrines de Reims

J’ai assisté à la soirée  célébrant les 20 ans des « VITRINES  DE REIMS ».

Cette association de  270  commerçants du centre-ville organise chaque année cinq événements importants afin d’animer l’activité commerciale du cœur de notre cité :   

-       «  Le Printemps des Arts », mi-mai

-        « Fêtons l'été » de mi-juillet à mi-août,

-       «  Le Village d'automne » début octobre,

 -        « Braderie des Vendanges » : samedi 17 octobre 2015

 -        « Des Vitrines et des Bulles » : vendredi 20 novembre 2015

-        « Le Village de Noël » avec 135 chalets et animations de Noël, rappelons qu’après Strasbourg, Colmar et Paris,  notre village de Noël se place en 4ème position  avec 1 830 000 visiteurs pour l’édition 2014.

LES VITRINES DE REIMS, c’est aussi depuis mai 2014, toute l’année en partenariat avec la municipalité,  la 1ère heure de stationnement gratuite  dans les parkings BUIRETTE, CATHEDRALE, ERLON, GAMBETTA, HOTEL de VILLE  plus des tickets offerts par les commerçants pour la 2ème heure (voir conditions dans chaque boutique participante) pour prolonger le plaisir du lèche-vitrines en centre-ville, sans oublier  le chèque cadeau valable dans 200 enseignes du centre-ville.

 

13 avril - Audition des candidats à la Présidence de LCP

En compagnie des membres d’une délégation du Bureau de l’Assemblée nationale et sous la présidence du député de Paris Denis Baupin, j’ai auditionné les deux candidats à la Présidence de La Chaîne Parlementaire : Madame Marie-Eve Malouines et Monsieur Gérard Leclerc. Le mandat du président-directeur général actuel arrivant à expiration le 7 juin 2015.

Lors de ces auditions, nous avons voulu entendre les projets pour LCP de chacun des candidats et leur avons posé des questions précises pour éclairer notre choix final.

   Question posée à Gérard Leclerc :

        « Je vais continuer dans la même série que Barbara Pompili parce qu’on comprend bien l’importance de l’outil digital avec une ouverture vers un nouveau type de public, on l’entend tous. J’aimerais vous demander comment vous comptez tenir l’objectif que vous avez fixé d’approfondissement et de mise en expertise parce que l’on sait et on voit bien le positionnement, mais par quel type d’émissions et par quelles approches ? Et puis quand vous parliez d’une chaîne premium parlementaire : premium par rapport à qui ? Est-ce que c’est premium par rapport à l’ « info-obésité » ? Par rapport à ce qui existe aujourd’hui par rapport au marché et à la cible ? Ou est-ce que c’est par rapport à des chaînes plus généralistes ? En d’autres termes, comment demain positionnez-vous LCP ?

    Question posée à Marie-Eve Malouines :

        « On le voit bien, il y a trois mots qui résument votre proposition : la première est celle de la novation, avec beaucoup d‘allusions à de nouveaux concepts et de nouvelles émissions sur différents publics. Le deuxième c’est la mutualisation, a on a bien compris que la période budgétaire étant celle qu’elle est, celle que nous connaissons, il faut mutualiser, ne pas générer de dépenses supplémentaires. Je mettrais un troisième mot, c’est celui de l’adhésion, en d’autres termes, vous avez eu le soin de citer d’autres acteurs de la chaîne lorsque vous faisiez référence aux différentes émissions. Comment, pour mettre en place cette mutualisation/novation, entendez-vous faire adhérer l’ensemble de l’équipe ? »


14 avril- Assemblée générale de printemps de la SGV

 

 Philippe SALMON, conseiller départemental, député suppléant, a assisté à l’assemblée générale de printemps du Syndicat Général des Vignerons de la Champagne(SGV) en  présence de personnalités nationales telles que le président et le directeur de la CNAOC (confédération nationale des producteurs de vins et eaux-de-vie de vin à Appellations d’origine contrôlées), la directrice de Vin & Société (qui représente les 500 000 producteurs de vin en France) ainsi que le président de l’INAO (Institut national de l’origine et de la qualité).

En associant à cette assemblée générale les principaux dirigeants nationaux de la filière,  Pascal FÉRAT, le Président de la SGV a voulu sensibiliser les quelques centaines de vignerons présents à la nécessité  d’une mobilisation nationale  sur les dossiers transversaux cruciaux comme les autorisations de plantation, la protection des appellations ou la loi de santé publique (adoptée en première lecture par l’assemblée nationale le 14 avril) pour défendre la filière.

Une nouvelle fois la profession n’a pas manqué de mettre en avant le paradoxe gouvernemental qui d’un côté évoque avec fierté la renommée mondiale du champagne, gros contributeur de nos exportations, qu’elle souhaite soutenir en lançant un pôle d’excellence oenotouristique et qui de l’autre s’emploie à restreindre la consommation sur le territoire national.

Enfin, le Président Férat a insisté sur la nécessité de rester dans l’excellence et d’investir pour préserver la position dominante du champagne face à la percée des vins   effervescents. En 2013, le champagne représentait, en valeur, 40% des ventes mondiales de vins effervescents. 


14 avril – Assemblée nationale : Vote solennel du Projet de Loi relatif à la Santé

Après plus de 60 heures de débat, le projet de loi de modernisation de notre système de santé a été adopté en vote solennel hier, mardi 14 avril. La grande agitation de la discussion parlementaire, menée par une Ministre dépassée par les événements, a rendu ce texte aussi flou que dense. De très nombreux articles ont été ajoutés, le texte est passé de 57 à 210 articles, notamment par des amendements gouvernementaux de dernière minute.

Parmi les sujets qui ont suscité la colère des professionnels, on note les articles 4 et 4 bis concernant l’alcool, contre lesquels je me suis particulièrement engagée à travers une Question orale au Gouvernement, une intervention en séance et des amendements.

Grâce à cette mobilisation, il a été décidé de ne pas modifier la loi Evin dans le cadre de ce texte. En conséquence, la définition du cadre de la politique sanitaire sur le vin restera une compétence du Parlement. Les autres amendements que nous avons jugés dangereux pour la profession ont été retirés par le Gouvernement.

D’autres mesures très importantes ont été votées malgré l’opposition acharnée des Députés du Groupe UMP, comme l’instauration du paquet neutre (article 5 quinquies), l’ouverture d’un cadre juridique pour les « salles de shoot » (article 8 et 9), la suppression du délai légal de réflexion pour avoir recours à une IVG (article 17 bis), la généralisation du Tiers-Payant (article 18), l’accord a priori des personnes décédées pour le don d’organe (article 46 ter)

Cependant, notre mobilisation et notre activité ont payé, le Gouvernement ayant reculé par exemple sur la libéralisation du don du sang (article 42) et l’instauration du droit à l’oubli (article 46 bis).

Malgré ces quelques avancées, je ne peux accepter un texte qui se construit à la marge des professionnels de santé et des patients, dangereux pour notre pays et son système de santé. J'ai donc personnellement voté contre ce texte lors de la séance publique du mardi 14 avril.

---

17 avril – Congrès du Souvenir Français :« A nous le souvenir, à eux l’immortalité »

Voici la devise de l’Association Le Souvenir Français qui tenait son congrès annuel vendredi et samedi dans la Cité des Sacres.

Cette association de plus de 200 000 adhérents, entretien les tombes de ceux  qui sont morts pour la France et conserve ainsi leur mémoire.

Le choix de Reims pour ce congrès  2015 n’est pas anodin, notre ville martyre de la Première Guerre mondiale, est aussi celle de la réconciliation franco-allemande le 8 juillet 1962. Le devoir de mémoire prend tout son sens entre nos murs.

Avec Arnaud ROBINET, Maire de Reims, nous avons accueilli Jean-Yves LE DRIAN, ministre de la Défense venu rappeler devant les congressistes tout l’attachement que la France porte à ces anciens combattants qui ont donné leur vie pour notre liberté.

Après voir ravivé la flamme du souvenir au monument aux Morts de Reims, nous nous sommes recueillis à la Nécropole de Sillery dans un grand rassemblement interconfessionnel au côté de Haïm KORSIA, grand Rabbin de France  alors que des enfants ont entonné la Marseillaise.

 

18 avril - Grande réunion de sapeurs-pompiers à Faverolles & coëmy

Cette année, c’est Faverolles & Coemy qui accueillait le 20ème rassemblement des Pompiers de la Communauté de Communes Champagne Vesle.

Avec tous ses véhicules rutilants et ses casques briqués, la parade fut belle !

Au cours de cette cérémonie, un hommage a été rendu à Robert LAMARCHE, Président de l’amicale des Sapeurs-Pompiers de Faverolles & Coëmy décédé le 31 mars dernier.

Ce fut également l’occasion de remettre une médaille d’or à Georges GAUNEL, Henri LETOFFE, Francis LHERAULT, Christian LAMARCHE et Jean-Claude DUBOIS pour leurs 30 années de dévouement à la protection de leurs concitoyens.

André ARNOULT et Jean-Philippe MOUTTE ont pour leur part reçu une médaille d’argent marquant leurs 20 années d’engagement.

 

21 avril - Parlement des enfants, visite de la classe Ecole 3 Fontaines

Chaque année des classes de CM2 candidatent à ce concours, organisé en partenariat entre l’Education Nationale  et  l’Assemblée, qui permet aux élèves de dernière année de primaire de découvrir la fonction de législateur.

L’Education Nationale désigne  une classe par circonscription chaque année.

A partir de supports pédagogiques  fournis par l’Assemblée,  chaque classe retenue  doit rédiger une proposition de loi comme un vrai député.

 Une première sélection retient une  seule proposition de loi par Académie. Ensuite, un jury national composé de députés et de représentants de l’Education Nationale retient quatre propositions.

 Ces quatre propositions de loi mises en ligne sur le site du parlement des enfants pour que chacune des 577 classes participantes vote pour sa loi préférée.

La proposition de loi lauréate peut être reprise par le député de la circonscription concernée  qui la dépose en son nom, ce texte fait alors l’objet d’une procédure d’examen comme tout autre loi.

Ainsi depuis 20 ans, quatre propositions de lois lauréates sont devenues des lois de la République :   la loi n°96 -1238 du 30/12/1996 une relative au maintien des liens entre frères et sœurs

la  loi n°98 -381 du 14/05/1998 permettant à l’enfant orphelin de participer au conseil de famille

la  loi n°99 -478 du 9/06/1999  visant à inciter au respect des droits de l’enfant dans le monde  

la  loi n°2000 -197 du 6/03/2000  visant à renforcer le rôle de l’école dans la prévention et la détection des faits de mauvais traitements à enfants.  

Comme tous les ans j’ai eu beaucoup de plaisir à discuter avec les enfants,

Et cette année encore j’ai été  impressionnée par l’intérêt de ces enfants d’à peine plus de dix ans pour la fonction de député, nous avons eu un échange très riche sur ma mission aussi bien à l’Assemblée que dans ma circonscription.

Merci à leurs enseignants qui une fois encore avaient préparé  cette rencontre, je me réjouis déjà d’accueillir la classe à l’Assemblée  en juin !  

 

23 avril - Visite des « rencontres de la création d’entreprise » à Pôle Emploi

J’ai eu le plaisir de me rendre dans les locaux de l’Agence Pôle Emploi Reims Mont d’Arène pour découvrir une belle initiative mise en place au service des créateurs d’entreprises. Pour la première fois au sein de leurs locaux, les équipes de Pôle Emploi ont organisé, en partenariat avec plus d’une dizaine de structures institutionnelles du bassin rémois, des rencontres de la création d'entreprise. Une occasion pour les porteurs de projets de présenter leurs projets, d’en étudier la faisabilité et de les accompagner dans cette démarche. Avec différents ateliers thématiques organisés, des entretiens individualisés et une expertise diversifiée sur toutes les étapes cruciales de la création d’entreprises, cette journée visait à offrir un large panel d’informations aux nombreuses personnes présentes tout au long de la journée. Un forum  dont l’intérêt réside également, avec son organisation directement au plus près des demandeurs d’emplois dans l’émulation bénéfique créée qui, à terme, suscitera des vocations.

25 avril – « l’Atelier et la main » honore son fondateur A. Morandeau

En la présence de Madame MORANDEAU et de ses enfants, Monsieur Jean-Michel DUCARNE actuel Président de l’association « L’Atelier et la main » a dévoilé une plaque en l’honneur du Président fondateur décédé récemment.

Adrien MORANDEAU, ancien compagnon du Devoir s’est investi de nombreuses années auprès des jeunes afin de leur faire découvrir les métiers manuels. Aujourd’hui encore, de nombreux bénévoles, souvent artisans retraités sont heureux de pouvoir transmettre leur savoir aux nouvelles générations.

Mon suppléant Philippe SALMON qui me représentait lors de cette cérémonie, a tenu à rappeler l’importance de transmettre à nos jeunes le goût du travail bien fait et les savoir-faire qui font de nos artisans les premiers créateurs d’emplois de notre pays.

 24 avril – PEVY reçoit sa première fleur

Avec  Philippe SALMON, conseiller départemental, député suppléant, nous étions nombreux à assister à l’invitation  de Daniel VAQUETTE, maire de la commune, à la remise du Prix de la Première Fleur récompensant un travail d’équipe entre la commune et ses habitants. Même si ces  années d’investissements communs entre élus, professionnels et bénévoles ont permis l’obtention de cette distinction, la plus grande récompense reste l’embellissement  du cadre de vie des habitants. Je n’oublie pas le jury 2014, sans le travail duquel cette remise de prix n’aurait pas été possible. A très vite pour la seconde fleur.