Dimanche 11 janvier  25 000 marnais unis pour la République

Le point de ralliement était la place Royale mais très vite elle est devenue trop petite pour accueillir Rémois et Marnais venus participer ce dimanche après-midi au rassemblement républicain.

Le cortège s’est mis en marche dans un silence impressionnant de recueillement. La foule compacte a défilé rue de Cérès, boulevard Lundy, jusqu’à la Mairie où nous avons respecté une minute de silence. 

 

Tournée des vœux dans la circonscription et à Reims

Comme chaque année le mois de janvier est le moment, pour tous les maires de faire le point sur l’année écoulée et de présenter leurs vœux aux habitants de leur commune.

J’ai beaucoup de plaisir à assister à ces cérémonies car c’est un moment important qui me permet de rencontrer les hommes et les femmes qui font notre terroir. Avec Philippe SALMON, mon suppléant, nous nous répartissons les différentes manifestations car nos agendas ne nous permettent malheureusement pas d’être présents dans toutes les communes de notre circonscription au même moment.

Cette année je suis allée aux Mesneux, à Gueux, Jouy les Reims, Sacy, Muizon, Châtillon sur Marne, Saint Gilles, Bezannes, Sillery, Taissy, Cernay les Reims, Saint Léonard, Puisieulx, Betheny et Crugny sans parler des vœux des diverses Communautés de Communes, des associations rémoises, de la CCI de Reims et du Centre Hospitalier Universitaire. Quant à Philippe SALMON, mon suppléant  il m’a représentée à Passy grigny, Ste Euphraise et Clairizet, Tinqueux, Germigny, Ormes, Courcelles Sapicourt, Unchair, Savigny sur Ardres, Ecueil, Ventelay et Fismes.

Mardi 20 janvier : Lancement de l’association « les rémois de Paris »

Le 20 janvier, j’ai participé avec Arnaud ROBINET, Député-Maire de REIMS au lancement de l’association « LES REMOIS DE PARIS ». Depuis un an, son Président, Philippe GERMAIN s’investit dans ce projet devenu réalité, réunir parisiens  natifs de notre cité et Rémois de passage qui y ont vécu quelques années  pour leurs études ou leur métier. Ce moment convivial nous a permis de constater  Arnaud  ROBINET et moi que tous ces rémois-parisiens partagent le même objectif faire pétiller notre ville dans la capitale et attirer de nouveaux entrepreneurs dans notre cité des Sacres dont le nom  évoque déjà pour beaucoup prestige et patrimoine. ( photo : Didier COCATRIX)      

 

Samedi 24 et dimanche 25 janvier : Sainte Clotilde rendue aux rémois

Nous nous rappelons tous le terrible incendie qui a endommagé la basilique Sainte Clotilde il y a 2 ans et demi. C’est donc avec beaucoup de joie que je me suis associée à cet évènement.

Avec Arnaud ROBINET, Maire de Reims, et les représentants de la paroisse, nous avons coupé le ruban symbolisant la réouverture de ce lieu, et permettant ainsi aux paroissiens et habitants d’en reprendre possession

Merci aux associations « Bien vivre à Sainte-Anne » et  « l’Escale Habitat jeunes », ainsi qu’au Centre de soins Louvois pour leur active participation à l’animation de la journée.

Les festivités se sont poursuivies dimanche matin par la messe solennelle célébrée par Monseigneur Thierry JORDAN archevêque de Reims.

L’œnotourisme en Champagne

 

La semaine dernière, j’ai participé à une table ronde autour de Monsieur le secrétaire d’Etat au Commerce extérieur et au Tourisme, Mathias FEKL  à Epernay.

Le ministre est venu annoncer le lancement d’un pôle d’excellence œnotourisme, afin de renforcer l’attractivité touristique de notre pays par le  développement des marques phares et des thématiques porteuses sur l’ensemble de notre territoire.

Au niveau national, l’œnotourisme représente chaque année 8 millions de visiteurs  dans 10 000 caves, une meilleure coordination entre les acteurs locaux doit accélérer son développement.

Avec un produit unique au monde synonyme de prestige, nous devons capitaliser sur cet atout international, facteur de rêve sur les cinq continents pour faire connaître notre territoire, et y attirer des touristes en quête de patrimoine historique et œnologique.

Aujourd’hui 70 % de touristes  accueillis sont étrangers, essentiellement  européens (belges, anglais et hollandais), nous recevons de plus en plus de visiteurs en provenance des Etats-Unis, d’Australie ou des pays émergents à très fort pouvoir d’achat.  

Mercredi 21 janvier : débat sur la fin de vie dans l’hémicycle

 

Au mois de Juin 2014, le Président de la République a expressément demandé à Alain Claeys (Vienne) et Jean Léonetti (Alpes-Maritimes), tous deux Députés de la majorité et de l’opposition, de préparer une loi destinée à renforcer les droits des malades dans les situations difficiles de la fin de vie. Par cette mission, l’exécutif a voulu permettre à la majorité et l’opposition d’élaborer un projet qui fasse consensus et complète les avancées réalisées par la Loi Leonetti.

Dans cette proposition de loi commune, l’accent a été mis sur des mesures très techniques en faveur des malades en souffrance. Les deux principales mesures sont la sédation profonde et continue, qui permet d’endormir profondément le malade jusqu’à sa mort afin d‘éviter les souffrances inutiles et les directives anticipées, rédigées bien en amont, afin de faire connaître au plus tôt et de la manière la plus officielle sa décision personnelle lorsque cette terrible situation se présentera.

Concernant les associations, les spécialistes des soins palliatifs sont satisfaits des propositions de cette proposition de loi qui ne dérive pas vers l’euthanasie active tout en répondant aux trois inquiétudes fortes des Français : l’acharnement thérapeutique, la souffrance et les conflits dans l’entourage à l’heure de prendre des décisions cruciales.





Examen du Projet de Loi Macron, Croissance et Activité. Réelle opportunité ou occasion manquée ?

 

Initialement lancé par Arnaud Montebourg en plein cœur de l’été pour « libérer l’économie du pays », ce texte a été ensuite repris par Emmanuel Macron après sa nomination au poste de Ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique.

Ce texte, qualifié rapidement de « fourre-tout », recouvre un très grand nombre de secteurs, comme les professions juridiques règlementées, l’urbanisme, le travail dominical ou les transports. Il nous est demandé, par ailleurs, de l’examiner à marche forcée, quelques jours à peine après son passage en Commission et quasi-simultanément avec le 3e volet du projet de loi décentralisation (NOTRe). Un tel modus operandi ne favorise ni la sérénité, ni une expertise approfondie de ce texte très lourd.

Sur le fond, on ne peut nier que certaines mesures vont dans le bon sens : la mise en place de la ligne CDG-Express, censée relier l’aéroport de Roissy à Paris en 20 minutes. Un tel projet fait sens pour la métropole rémoise et la région de Champagne, qui attirerait plus facilement les visiteurs du monde entier.

Autre sujet fondamental, en faveur duquel je me suis personnellement engagée, l’amélioration des relations commerciales pour les entreprises, au travers d’amendements que j’ai proposés et qui desserrent le carcan imposé à  nos entreprises, notamment pour le commerce de gros. Ces mesures permettront de renforcer la compétitivité et l’activité des entreprises et favoriser, notamment le rayonnement de nos marques et des créateurs français, et respectent mieux les spécificités du commerce de gros.

Sur la forme, la tenue des débats par Emmanuel Macron a permis à l’opposition de se faire entendre de manière constructive sur certains points. On peut tout de même souligner le manque de mesures de grande ampleur capables d’offrir un élan nouveau à notre pays comme cela était initialement annoncé par le Président de la République. Au moment où vous lisez ces lignes, les débats sont en cours.